Vent glacé et chaleur houblonnée

Nøgne Ø, ou l’île nue, poésie estivale qui perd tout son sens en cette saison, puisque la glace, recouverte d’un épais manteau de neige, donne à la complexe géographie norvégienne une incroyable cohérence. Terres, îles, fjords, et rivières dans une unité blanche époustouflante. Le moment idéal pour se rendre à la très renommée brasserie de Grimstad.

IMG_0024

Oslo vu du ciel (03.02.13)

DSC04629

Gare centrale d’Oslo (04.02.13)

D’aucuns sont à la recherche de la maison du Père Noël, pour ma part le grand nord évoque d’avantage un nouveau souffle houblonné que l’envol d’un traîneau. La Scandinavie est très réceptive au renouveau brassicole initié par la nouvelle vague américaine, c’est ce que je suis allé constater par moi-même. Périple raisonnable mais pas si commun. L’avion décolle de Charles-de-Gaulle pour une arrivée à Oslo. Paysage de glace en ce début février, dépaysement assuré ! Après une nuit passée dans la capitale, j’embarque dans un train ultra-moderne pour un voyage de 4h30 à travers les étendues blanches de la Norvège.

Pourquoi partir si loin pour visiter une brasserie ? C’est une question qui mérite d’être posée. Mais comment mieux se rendre compte du renouveau brassicole scandinave, et des dynamiques qui l’anime, si ce n’est en s’y rendant ? Inhaler les vapeurs de la chaudière à houblonner, et partager des verres avec les brasseurs et consommateurs locaux, voilà un terrain d’étude ! Quatre jours donc, à la découverte de cet univers.

Dès l’escale à Oslo, je me rends dans un bar de quartier avec deux polonais rencontrés sur place. Et quelle surprise d’y découvrir tout un assortiment des bières Nøgne Ø, et d’autres encore, nationales ou étrangères. Commençons par une IPA de chez Haandbryggeriet, un peu de réconfort autour de la chandelle !

Skol !

IMG_0027

IPA Haandbryggeriet à Oslo

La brasserie Nøgne Ø produit 10 000hL de bière par an, avec une croissance de 30% chaque année ! Des chiffres qui en font la première brasserie artisanale du pays, aux côtés d’Ægir, ou d’Haandbryggeriet. Mais chaque ville ou presque compte aujourd’hui un brewpub, et une multitude de homebrewers. Des brasseurs amateurs qui, devant les prix terrifiants de l’alcool en Norvège, franchissent le pas et brassent eux-mêmes. Des prix exubérants qui incitent aussi à une consommation plus lente, et favorable à la dégustation. A 15€ la bière de 33cl, mieux vaut prendre son temps et profiter du réconfort des chandelles, qui ornent ici toutes les tables. Le goût pour les bières typées et cette tendance à brasser soi-même, va dans le sens d’une consommation à la fois raisonnée et instruite. Dans un brewpub de Kristiansand, où mon hôte Toby m’a conduit, la carte référence les différents types de bières, un classement compliqué. Ici les appellations brassicoles sont autant respectées que celles du vin en France. Puis notre intérêt pour les cuves situées derrière la vitrine est remarqué par le responsable des lieux qui, passionné, nous offre une visite. Voilà ! Ici les gens savent de quoi ils parlent, je l’ai trouvé le berceau européen de la Craft Beer !

IMG_0040

Carte du Christianssand Brygghus à Kristiansand

Enfin si les soirées norvégiennes satisfont ma curiosité, mes journées à la brasserie sont une vraie délectation. Créée en 2002, la brasserie Nøgne Ø occupe les locaux d’une ancienne station énergétique à proximité de Grimstad. Sur le mur on peut lire : Kraftstation, pour station d’énergie (hydrolique en l’occurrence), mais Craft c’est aussi la bière artisanale en anglais, heureux hasard ! Cela dit avec une croissance des productions de 30% par an, les locaux de cette usine centenaire risquent bien vite d’être étroits. On parle déjà d’un déménagement pour les deux prochaines années. La brasserie est pour l’instant équipée en cuves de 45hL, une bien belle installation qui a de quoi rendre jaloux plus d’un micro-brasseur. Mais ici tout se fait encore à la main, et à chaque conduit sa poignée à actionner !

DSC04656

Brasserie Nøgne Ø à Grimstad (05.02.13)

DSC04654

L’intérieur de la brasserie (05.02.13)

Jonglant entre l’anglais et le norvégien, force est de constater que la brasserie est résolument tournée vers le monde. Les employés originaires de la région côtoient Écossais, Italiens, Australiens ou Malais… sans parler des nombreux stagiaires venus ici perfectionner leur savoir. 85% de la production est exportée, ce qui confirme l’intégration à un réseau spécialisé et mondialisé. L’encrage local n’est finalement pas si fort, et seuls les amateurs de grandes bières y font fièrement référence. Les habitants du coin, quant à eux, restent attachés à leur brasserie municipale, ce qui est courant en Norvège. Une bière à 4,7°, que l’on peut acheter au supermarché, le monopole d’état contraignant la vente de tout alcool dépassant ce seuil.

En revanche si des jeunes brasseurs venus du monde entier cherchent à enrichir leur bagage brassicole dans des contrées si isolées, c’est aussi pour y découvrir des créations étonnantes, et qui s’adressent aux plus avertis. Lors d’un dîner chez Kjetil, le fondateur de la brasserie, nous avons pu goûter à des créations extraordinaires, accompagnées de mets locaux et d’aquavit bien sûr. Des souvenirs inoubliables ! Que de plaisir pour les papilles comme pour les narines ! Y-a-t’il vraiment meilleure façon de déguster une bière, qu’attablé autour d’une table en bois, au coin du feu, dans une maison rouge perdue entre la noirceur du ciel et la blancheur de la neige ?

IMG_0049

A la table du brasseur

Retour longuet et difficile après tant de découvertes et de surprises… mais sans aucun doute un enrichissement brassicole ! Il est étonnant d’observer cette société où l’alcool est comme prohibé et le fromage conservé en tube, alors que des brasseurs amateurs ouvrent des brewpubs, et que d’autres brewpubs se transforment en micro-brasseries. Un exemple de reconversion, et un modèle de renouveau brassicole. Le tout suppléé par le développement d’une véritable culture autour du produit et, semble-t-il, le début d’un travail entre bières et mets. La hausse qualitative de la bière pourrait-elle redonner à la gastronomie scandinave ses lettres de noblesse ?

Probable…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :