Archives mensuelles : mai 2013

London call

Le réveil sonne tôt en ce mercredi 24 avril. Direction Gare du Nord ! Le décalage horaire aidant, il est seulement 10h à l’horloge de Saint Pancras lorsque je descends du train. L’heure de pointe vient de passer, le soleil brille sur les larges rues de Londres, et les briques rouges, déjà m’envoient leurs reflets. A l’angle de la rue, des néons verts surmontés d’une étoile rouge rappellent qu’ici aussi l’industrie a triomphé sur l’artisanal. Qu’à cela ne tienne, je m’enfonce dans le « tube », direction la brasserie The Kernel, que je découvre nichée sous un chemin de fer.

IMG_0260

Saint Pancras, Londres (24/05/13)

Ça fait quelques années maintenant que la révolution brassicole a eu lieu en Angleterre. A Londres, villes brassicole historique, on dénombre aujourd’hui près de 40 brasseries et Brewpubs ! Un chiffre impressionnant, et pourtant si loin des quelques deux centaines de brasseries référencées à la fin du 19ème siècle. A l’exception de quelques résistantes, ces brasseries modernes n’occupent plus les formidables immeubles de briques et d’acier en bord de Tamise, elles se répartissent dans le tissu urbain décousu de la capitale britannique. Les dessous de chemin de fer, par leur hauteur sous plafond, sont des locaux tout désignés.

DSC04912

Brasserie The Kernel, Londres (24/04/13)

IMG_0235

Pause déjeuner à The Kernel, Londres (25/04/13)

A la brasserie The Kernel, le soleil perce difficilement à travers les deux orifices du tunnel. Au frais de ce souterrain, une brasserie jeune d’un an brasse plus de 60hl par semaine. Avant cette réussite, rappelons que The Kernel était installée dans un tunnel plus étroit, avec une installation cinq fois plus petite ! C’est aussi ça le renouveau brassicole : un marché croissant, des micro-brasseries qui réussissent, et grandissent à leur tour. Mais d’où vient cette inspiration, au pays historiques des Bitter, Porter, et autres Stout ? Des Etats-Unis une fois de plus !

Le Kent, à l’extrême sud-est de l’Angleterre, a longtemps fourni la capitale toute proche en houblons endémiques. Fuggles, Goldings, Magnum. Mais aujourd’hui Charles Faram, le principal producteur de houblon de la région, cultive en masse des variétés américaines (Cascade, Amarillo, etc.), australiennes (Galaxy), voire japonaises (Sorachi Ace). Une relative déception pour moi, qui espérais découvrir en Angleterre un renouveau inspiré certes par la nouvelle vague américaine, mais aussi par une revalorisation d’un patrimoine pourtant si riche !

IMG_0255

Bières de la brasserie Partizan (27/04/13)

Chez The Kernel on brasse des IPAs aux houblons exotiques, à la Camden Town Brewery des Helles allemandes, du côté de chez Partizan on exhibe fièrement des Saisons de type belge. Mais toujours une attention portée à l’eau, la qualité de l’eau est primordiale pour la brasserie britannique, voilà un point culturel qui semble se maintenir !

Les ongles verts de houblon frais largement manipulé, il est temps pour moi de partir à la recherche des pubs à Craft Beer. Facile puisque Londres jouit du travail de Will Hawkes, un ancien journaliste de The Independant, reconverti dans le monde la bière, autour d’ouvrages, de cartes, et surtout d’une application pour smartphone référençant toutes les adresses à Craft Beer de l’agglomération ! Quel plaisir que de découvrir ce melting-pot de pubs traditionnels, d’adresses toutes modernes, et de lieux plus insolites, offrant tous une sélection des meilleurs productions nationales comme internationales. Des nuits épiques aux relents houblonnés ! Au moment de passer au travers des portes battantes du dernier pub de la soirée, on leur pardonnait bien à tous ces brasseurs d’Outre-manche, d’abuser de ces nouveaux houblons américains…

IMG_0252

The Exmouth Arms, Londres (26/04/13)

Par sa taille et son offre, Londres est la principale rivale de Copenhague pour le titre de meilleure ville à Craft Beer d’Europe ! Classement inexistant, mais ville prometteuse où brasseries et bars foisonnent pour le plus grand plaisir des londoniens comme de nombreux étrangers. Et quelle ne fût pas ma surprise en rencontrant par hasard à la terrasse du Euston Tap, le brasseur en chef de la Brasserie Nøgne ø, visitée quelques mois plus tôt !